INTERVIEW DE DENIS DUPONT

Double vainqueur sur le Tours Speedway le week-end dernier, le jeune pilote belge du Racing Club Partners a marqué les esprits lors du seul meeting de la saison à se dérouler sur ovale. Apprenez en plus sur ce pilote à l’avenir brillant.

 

Quel est ton parcours ?

En 2008 j’ai participé au RACB National Team et je suis allé en finale contre cinq autres pilotes au Mans et ce alors que j’avais commencé le Karting il y a six mois. J’ai gagné les deux premières courses de Karting auxquelles j’ai participé, c’était à Mariembourg. Jusqu’en 2013 j’ai participé aux championnats de France, d’Europe et du Monde de Karting avec une victoire acquise en Europe.

2014 est ma première saison au volant d’une voiture fermée. J’ai découvert la voiture à Valencia lors du premier meeting de la saison. Je n’ai pas pu rouler le dimanche à cause d’un soucis mécanique, mais je me suis bien senti dans la voiture.

 

Comment se passe ta première saison en NASCAR ?

Plutôt bien, j’ai découvert la voiture à Valencia lors des premiers essais et je me suis senti à l’aise. Malheureusement comme je l’ai dit je n’ai pas pu rouler le dimanche suite à un soucis mécanique. J’ai gagné mes deux premières courses à Tours pour mes débuts sur ovale. Le point positif est que nous sommes très rapides et que course après course nous nous sentons plus à l’aise.

 

Tu n’avais jamais conduit une voiture aussi puissante avant, est-ce un handicap ?

Il y a clairement une grosse différence au niveau de la mise au point, il y a également beaucoup plus de roulis, mais je n’ai pas vraiment d’élément de comparaison par rapport aux autres catégories.

 

Tu as trois coéquipiers très expérimentés, Bas Leinders avec qui tu roules ainsi que Markus Paltala qui partage la voiture avec Nathalie Maillet, quelle est l’ambiance au sein de l’équipe ?

Nous nous analysons et aidons en permanence. Bas et Markus m’aident beaucoup sur l’analyse des données, mais aussi sur les vidéos qui ont été acquises afin d’être dans les meilleures conditions possibles pour la course suivante. Bas me donne beaucoup de conseils et me corrige quand il le faut, c’est très intéressant de travailler avec un pilote aussi expérimenté.

 

Tu as roulé pour la première fois sur ovale à l’occasion du meeting de Tours, que penses-tu de ce genre de courses qui sont légions aux États-Unis d’Amérique ?

C’est très intéressant pour les téléspectateurs et les fans. Du point de vue du pilote, c’est aussi très différent de la conduite sur circuit routier.

 

Le principe des courses sur ovale est d’avoir un spotter qui te guide sur la piste, est-ce que ce fut quelque chose de déroutant pour toi au début ?

J’apprécie vraiment l’aide du spotter. On s’y habitue très vite et on utilise les périodes sous drapeau jaune pour remonter les informations. Le revers de la médaille est qu’il y a plus d’informations à appréhender, mais cela permet aussi d’être corrigé en temps réel et donc de modifier sa façon de pilotage si besoin est.

 

Quels objectifs t’es-tu fixé pour cette saison 2014 ?

En début d’année l’objectif était de faire un top-5 à Brands Hatch et de finir à Tours. Maintenant que cela est fait, il faut continuer d’apprendre, rester calme, garder les pieds sur terre, continuer de s’améliorer à chaque fois que je prends la voiture et se fixer des objectifs sur la manière.

 

Que fais-tu entre les courses ?

Jusqu’au mois de juin j’étudiais à HEC à l’Université de Bruxelles. Je fais aussi beaucoup de physique pour ne pas connaître de moment de faiblesse lors des week-ends de course.

 

Comment fais-tu pour appréhender les pistes que tu ne connais pas ?

Pour Brands Hatch j’ai effectué du simulateur chez Marc VDS. Même si les voitures utilisées sont différentes de celles que nous pilotons lors des week-ends de course, cela permet d’apprendre le rythme de la piste pour ne pas à voir à le faire lors de la première séance d’essais.

Crédit photo : Stéphane Azémard/NASCAR Whelen Euro Series

You must be logged in to post a comment.