GROS SUCCES DE FOULE A TOURS

En catégorie « Elite », Racing Club Partners a tenu son rôle en pointant ses voitures dans le Top 10, mais cela ne s’est malheureusement pas concrétisé dans le résultat final. Bertrand Baguette a pourtant débuté de la meilleure des façons en terminant 6e de sa toute première course en Racecar. Lors des essais pourtant, le manque d’expérience de l’équipe sur les courses en « oval » s’est payé cash avec les 20e, et 21e temps seulement. Mais en course, de meilleurs réglages et toute l’expérience des pilotes ont joué. Bertrand s’est rapidement hissé dans le top 10 pour finalement terminer 6e. Nathalie avait elle aussi réalisé un superbe début de course, pointant un moment au 7e rang avant d’être surprise lors de l’avant-dernier redépart et d’être percutée par plusieurs concurrents. Elle termine néanmoins 11e, à la porte du Top 10 et deuxième en « Trophée Challenger », dans le même tour que le vainqueur Frédéric Gabillon.

Pour la deuxième course, qualification à nouveau laborieuse, avec la 13e place pour Bertrand Baguette, la 19e pour Philippe Stéveny… et la toute dernière pour Nathalie Maillet. « On a essayé un réglage, mais qui s’est avéré désastreux, avec un survirage beaucoup trop prononcé. Alors que la veille, j’étais à moins d’une seconde de la « pole », cette fois, j’étais à 1 seconde et demie.»

En course, les voitures de RCP se distinguent à nouveau avec une belle remontée de chacun des trois pilotes. Bertrand se battait pour le podium quan il a été violemment percuté par le « spécialiste » Max Papis, qui sera d’ailleurs exclu de la course. Bilan: une voiture abîmée et un abandon. «Je suis déçu car je pouvais vraiment viser le podium. je ne comprends pas la manoeuvre de Papis, qui est poiurtant un pilote expérimenté. Mais-au delà du résultat brut, je retiens une voiture vraiment plaisante  à conduire, qui réagit bien aux réglages et une super ambiance, et dans le team RCP, et dans la série en général. C’est une expérience que je renouvellerais volontiers.»

Mëme sanction pour Philippe Stéveny qui lui aussi était bien revenu dans le Top 10, avant d’être chahuté et de devoir repasser au stand. «Je me suis vraiment bien amusé avec cette

voiture et je veux revenir, mais cette fois sur un circuit plus « classique ». En ovale, cela frotte vraiment beaucoup, surtout sur un tracé aussi court. Ce n’est pas l’idéal pour s’habituer à une nouvelle voiture.»

Enfin Nathalie Maillet était elle aussi revenue dans le Top 10 (en partant de la 25e place), grâce à de nouveaux réglages, quand elle a été percutée par le groupe des premiers qui lui prenaient un tour. Repartie attardée, elle termine finalement 13e et 3e en Trophée Challenger. Au classement du championnat, Nathalie occupe une belle 12e place avec l’objectif d’un Top 10 final tout-à-fait envisageable.

En « Open », Philippe Stéveny a fait des étincelles en réalisant le 10e temps des essais de la première course, Christophe de Fierlant pointant au 20e rang et Eric Van de Vyver au 22e. En course, tir groupé avec lla 14e place pour Christophe, la 16e pour Philippe, retardé, et kla 17e pour Eric.

Qualifications très moyennes le dimanche matin, avec la 14e place pour Stéveny, la 20e pour Van de Vyver et la 22e pour de Fierlant. Abandon en course pour de Fierlant (tête-à-queue et accident) et Stéveny, sorti par le Français Jehais, qui partageaiut sa voiture avec un certain… Max Papis. Erioc Van de Vyver, de plus en plus à l’aise, sauve l’honneur avec une très belle 10e place.

Bilan donc en demi-teinte au niveau du résultat brut, mais largement positif en ce qui concerne la compétitivité des voitures de Racing Club Partners. RCP est par ailleurs en négociation pour faire rouler Nathalie Maillet en Nascar Nations Wide à Watkins Glen en août prochain. Nathalie commence en effet à se faire « un nom » Outre-Atlantique, car elle disputera en février prochain les 24 Heures de Daytona sur une Ford Mustang du team Rich Ware en compagnie d’autres spécialistes de la Nascar. Nous en reparlerons.

Racing Club Partners, c’est non seulement une équipe de course, mais c’est également des incentives. Ainsi le « Roadster Club » permet à tous de s’initier aux joies du pilotage, parfaitement encadrés par des professionnels.

PDF
You must be logged in to post a comment.